IO NON HO VOTATO PER MATTEO RENZI come SEGRETARIO PD (e neppure come PRESIDENTE DEL CONSIGLIO)

mercoledì 16 maggio 2012

Il Presidente che vorrei (ma è in Francia)



Ieri François Hollande ha giurato è entrato in carica (Ndr: in Francia i Presidenti non giurano) come Presidente della Repubblica Francese.
Ho potuto ascoltare il suo discorso, e mi ha colpito lo spazio dedicato alla SCUOLA.
Traduco qui alcuni passaggi, che pur evidenziano i miei limiti come traduttore. So che si potrebbe fare di meglio, ma ho cercato inutilmente questi argomenti tra i commenti pubblicati dai quotidiani. Temo abbiano clamorosamente, e forse non inaspettatamente bucato la notizia...
Chissà quando potrò ascoltare dichiarazioni simili da un Ministro dell'Istruzione italiano!

 - Scuola come luogo di EMANCIPAZIONE. Il gusto di imparare, la curiosità intellettuale sono dei TESORI che la scuola ha la vocazione di coltivare.
 - Scuola come luogo della UGUAGLIANZA, delle possibilità, dove sono riconosciuti il merito, il lavoro, gli sforzi.
 - Scuola come luogo di INTEGRAZIONE per tutti i bambini. C'è relazione tra uguaglianza e giustizia. Come accettare che un bambino possa avere maggiori possibilità di riuscire a seconda di dove è nato e di che scuola abbia frequentato? La giustizia è la "mixité sociale" (Ndr: potrei forse tradurre col termine meticciato, che tanto sta antipatico a qualche solone...).
 - La scuola deve fare il suo lavoro di EDUCAZIONE, di CAMBIAMENTO per permettere alle prossime generazioni di vivere meglio delle precedenti

Il Presidente si impegnerà nella campagne per la "educazione nazionale"

 - Dando priorità ai QUARTIERI POPOLARI
 - La scuola è lo SPIRITO della Repubblica, e deve poter usare tutti i mezzi per adempiere alla propria missione
 - Il Presidente si impegna ad ASSUMERE (Ndr: non a licenziare come fatto fino ad ora in Italia!  Ricordate la coppia di ministri Gelmini - Tremonti?) 60'000 persone durante il suo mandato.
- Verrà ristabilita la formazione professionale per gli insegnanti ""Je sais pouvoir compter sur le dévouement, le courage de tous les personnels de l'Education national. C'est vers eux que je me tourne, que j'adresse mes premiers mots de président de la république" (Ndr: anche in questo caso si va in direzione opposta rispetto a quanto fatto in Italia, dove la scuola e chi ci lavora non sono una priorità per i Governi)

Il Presidente Hollande ha concluso proclamandosi

GARANTE DELLA SCUOLA PUBBLICA, della EDUCAZIONE NAZIONALE, della TRASMISSIONE DELLE CONOSCENZE (Ndr: al plurale) della UGUAGLIANZA REPUBBLICANA

Link. link, link (ma analoghi commenti sono presenti su moltissimi altri siti francesi)


François Hollande a annoncé qu'il voulait accorder "la priorité aux écoles des quartiers populaires, ainsi qu'à celles de certaines zones rurales aujourd'hui abandonnées, oubliées, reléguées", lors d'un discours prononcé devant la statue de Jules Ferry.

M. Hollande a déclaré qu'il était venu saluer "l'école, comme lieu de l'égalité, celle des chances, qui ne connaît comme critère de distinction que le mérite, le travail, l'effort. Car la naissance, la fortune, le hasard établissent des hiérarchies que l'école a pour mission, sinon pour devoir, de corriger, voire d'abattre", a-t-il dit, s'exprimant au jardin des Tuileries.
"L'école, c'est l'arme de la justice, c'est l'arme de l'égalité républicaine et la justice, c'est la mixité sociale, c'est d'accueillir des enfants de quelque catégorie sociale qu'ils proviennent. Et c'est à cette tâche noble entre toutes que l'école se dévoue depuis plus d'un siècle: faire de l'école un lieu d'intégration de tous les enfants reste la plus belle des ambitions nationales. C'est celle que je porte aujourd'hui", a déclaré M. Hollande. "Voilà pourquoi j'ai décidé que priorité sera accordée aux écoles des quartiers populaires, ainsi qu'à celles de certaines zones rurales aujourd'hui abandonnées, oubliées, reléguées."

M. Hollande a fait de l'éducation et la jeunesse la priorité de son quinquennat.
François Hollande a également confirmé ce mardi "comme président de la République" ses engagements de campagne de créer 60.000 postes dans l'Education nationale et de rétablir la formation des enseignants.

L'école "doit être assurée de ses ressources, on ne peut pas enseigner correctement sans un encadrement suffisant pour nos enfants", a-t-il déclaré. C'est la raison de mon engagement et je le réitère aujourd'hui comme président de la République de recruter 60.000 personnels de l'éducation sur la durée de mon mandat".

"Je veux qu'elle retrouve tous les moyens d'être fidèle à sa vocation, je veux lui redonner confiance en elle-même, sa foi dans ses propres capacités, sa volonté d'être conforme à notre histoire et à ce qu'exige notre avenir", a-t-il martelé.

"L'école a besoin de réformes, elle attend aussi de la considération de la nation et elle appelle le soutien de l'Etat"
, a-t-il souligné.

Le président s'est également engagé à rétablir "la formation professionnelle des enseignants" et a rendu hommage à tous les personnels de l'éducation.

C'est "un message de confiance à l'Education nationale que je suis venu exprimer au moment précis où je deviens président de la République", avait-il auparavant déclaré en ouverture de son allocution.
 ****************************************************************
■ François Hollande réitère ses engagements concernant l’éducation

Il s’exprimait lors d’un hommage qu’il a rendu à Jules Ferry devant sa statue dans les jardins du Luxembourg, adressant ses «premiers mots de président de la République» à tous les personnels de l’éducation. L’école «doit être assurée de ses ressources, on ne peut pas enseigner correctement sans un encadrement suffisant pour nos enfants», a-t-il déclaré.

«C’est la raison de mon engagement et je le réitère aujourd’hui comme président de la république de recruter 60.000 personnels de l’éducation sur la durée de mon mandat», a-t-il lancé.

Le président s’est également engagé à rétablir «la formation professionnelle des enseignants» et a rendu hommage à tous les personnels de l’éducation. Le métier d’enseignant nécessite «une préparation toute professionnelle pour exercer ses délicates fonctions». «Voilà pourquoi je rétablirai la formation professionnelle des enseignants», a-t-il déclaré.
****************************************************************

François Hollande met l'école et la science au coeur de son quinquennat

A peine installé comme nouveau président de la République, François Hollande a rendu hommage, ce jeudi après-midi, à Jules Ferry, "grand ministre de l'instruction publique". Une manière de faire de l'école publique et de l'Education nationale la clé de voûte de son action à l'Elysée. Les points forts de son intervention.
Devant plusieurs centaines de collégiens et lycéens, le nouveau chef de l'Etat, s'est présenté en début d'après-midi, dans le jardin des Tuileries, à Paris, pour rendre le premier des deux hommages de sa journée d'entrée en fonction. Avant celui rendu à Marie Curie, François Hollande a donc salué la mémoire de Jules Ferry. "Les grandes dates, les vraies étapes, ce sont les lois. Je suis venu célébrer deux lois de la République, que nous devons à l'obstination au courage et à la ténacité d'un homme: Jules Ferry. La loi du 16 juin 1881 gratuité, 18 mars 1882 de laïcité."
  • Ferry le colonialiste
D'entrée, François Hollande tente d'évacuer l'image du Jules Ferry tenant du colonialisme. "En saluant la mémoire de Jules Ferry qui fut un grand ministre de la République, je n'ignore rien de ses égarements politiques, sa défense de la colonisation fut une faute à la morale politique." Dans son droit d'inventaire un peu court, il préfère retenir "le bâtisseur de cette maison commune qu'est l'école publique."
  • Les grands principes de l'école
Le président de la République met en lumière l'oeuvre de Jules Ferry pour mieux souligner ce que doit être, selon lui, l'école publique. "Je salue l'école...
  1. "comme lieu d'émancipation. Le goût d'apprendre, le sens de la curiosité intellectuelle sont des trésors que l'école a vocation à préparer"
  2. "comme lieu de l'égalité, celle des chances, qui ne reconnaît que le mérite, le travail, l'effort"
  3. comme "lieu d'intégration de tous les enfants". "Cette égalité impose la justice entre les territoires. Comment accepter qu'un enfant est plus de chance de réussir parce qu'il est ici plutôt que là. La justice, c'est la mixité sociale".
  4. L'école doit faire son travail d'éducation, d'inflexion, pour permettre à la génération qui vient de vivre mieux que nous.
  • Ces prochaines mesures en faveur de l'école
Après avoir rappeler les grands pricnipes qui guident l'école républicaine, François Hollande a réitéré ses engagements de campagne pour l'Education nationale:
  1. "Priorité sera donnée à celles des quartiers populaires"
  2. "L'école est l'esprit de la République. Je veux qu'elle recouvre tous les moyens de ses missions"
  3. "C'est la raison de mon engagement de recruter 60.000 personnels de l'éducation sur la durée de mon mandat"
  4. Je rétablirai la formation professionnelle des enseignants. Je sais pouvoir compter sur le dévouement, le courage de tous les personnels de l'Education national. C'est vers eux que je me tourne, que j'adresse mes premiers mots de président de la république.
Le président conclut en se proclamant "garant de l'école publique, de l'éducation nationale, de la transmission des connaissances, de l'égalité républicaine".
Hollande rend hommage à Marie Curie et à la science française. Des Tuileries, le convoi présidentiel s'est rendue rue Pierre et Marie Curie pour rendre hommage à ce "symbole de la science, de l'intégration, de la jeunesse". Le nouveau président a donné la signification de cet hommage: "C'est pour adresser un message de confiance. On a pu aller chercher de grands talents. Marie Curie fut capable d'apporter beaucoup à la France. Elle a apporté deux prix Nobel. C'est la journée autour de la confiance, autour de notre avenir, de nos chances, de nos atouts. Ensuite, il faudra faire des efforts et la justice sera la seule priorité pour faire consentir ces efforts."

Nessun commento: